• Home
  • Chimie
  • Astronomie
  • Énergie
  • La nature
  • Biologie
  • Physique
  • Électronique
  •  science >> Science >  >> Astronomie
    Le conseil foncier d'Hawaï accorde un permis pour construire un télescope qui divise

    Ce 31 août 2015, La photo d'archive montre des télescopes au sommet du Mauna Kea sur la grande île d'Hawaï. Le conseil des terres d'Hawaï jeudi, 28 septembre 2017, a obtenu un permis de construction pour un télescope géant sur une montagne que les autochtones hawaïens considèrent comme sacrée, un projet qui a divisé l'État. Le télescope de trente mètres de 1,4 milliard de dollars a opposé des gens qui disent que l'instrument offrira des opportunités éducatives et économiques à ceux qui disent qu'il profanera la plus haute montagne de l'État, appelé Mauna Kea. (AP Photo/Caleb Jones, Déposer)

    Le conseil des terres d'Hawaï a accordé jeudi un permis de construction pour un télescope géant sur une montagne que les autochtones hawaïens considèrent comme sacrée, un projet qui a divisé l'État.

    Le télescope de trente mètres de 1,4 milliard de dollars a opposé des gens qui disent que l'instrument offrira des opportunités éducatives et économiques à ceux qui disent qu'il profanera la plus haute montagne de l'État, appelé Mauna Kea.

    Les plans pour ce qui serait l'un des plus grands télescopes du monde datent de 2009, lorsque les scientifiques ont sélectionné le Mauna Kea après une campagne de cinq ans dans le monde entier pour trouver le site idéal pour ce que les responsables du télescope disent « va probablement révolutionner notre compréhension de l'univers ».

    Le projet a remporté une série d'approbations d'Hawaï, y compris un permis de construire sur des terres protégées en 2011. Les manifestants ont bloqué les tentatives de démarrage de la construction. Puis en 2015, la Cour suprême de l'État a invalidé le permis et a ordonné au projet de subir à nouveau le processus.

    La poursuite du télescope a pris plus de 10 ans, Douglas Ing, un avocat représentant le projet de télescope, a déclaré au conseil foncier lors des plaidoiries finales le 20 septembre. « D'énormes ressources » ont été dépensées et des réunions communautaires ont eu lieu, il a dit.

    « Il voulait faire partie de cette communauté, " Ing a déclaré. "Il a appris les valeurs de cette communauté."

    Paul Néves, un maître enseignant de hula et adversaire, a déclaré que le bâtiment à but non lucratif du télescope est composé d'étrangers et qu'il y a eu trop de développement sur le Mauna Kea, où il y a 13 télescopes.

    "Tu as échoué là-haut, " dit-il au tableau. " Télescope après télescope après télescope, vous avez échoué."

    Les protestations ont perturbé une percée en 2014 et se sont intensifiées par la suite. La construction s'est arrêtée en 2015 après l'arrestation de 31 manifestants pour avoir bloqué les travaux.

    En ce 31 août photo d'archive 2015, Kupono Mele-Ana-Kekua, 35, de Kaaaawa, Hawaii, souffle une conque près du sommet du Mauna Kea sur la grande île d'Hawaï. Mele-Ana-Kekua avait campé sur la montagne pendant environ 60 jours pour protester contre le télescope de trente mètres. Le conseil des terres d'Hawaï jeudi, 28 septembre 2017 a accordé un permis de construction pour un télescope géant sur une montagne que les autochtones hawaïens considèrent comme sacrée, un projet qui a divisé l'État. Le télescope de trente mètres de 1,4 milliard de dollars a opposé des gens qui disent que l'instrument offrira des opportunités éducatives et économiques à ceux qui disent qu'il profanera la plus haute montagne de l'État, appelé Mauna Kea. (AP Photo/Caleb Jones, Déposer)

    Une deuxième tentative de redémarrage de la construction quelques mois plus tard s'est terminée par d'autres arrestations et des équipes se sont retirées lorsqu'elles ont rencontré de gros rochers sur la route.

    Mehana Kihoi a déclaré que son arrestation alors qu'elle était en prière sur la montagne a été l'une des expériences les plus traumatisantes de sa vie. Elle a commencé à y aller pour aider à guérir de la violence domestique, Kihoi a dit au conseil foncier.

    "Pendant des années, J'ai porté le chagrin et la douleur ... jusqu'à ce que j'aille au mauna, " elle a dit, en utilisant le mot hawaïen pour montagne.

    Certains disent que la lutte contre le télescope a réveillé une nouvelle génération d'activisme hawaïen.

    "Nous déterminerons quels lieux sont sacrés et comment ils doivent être protégés, " Kahookahi Kanuha a déclaré au conseil d'administration.

    Kanuha a rejeté les millions que les responsables du télescope ont versés pour éduquer les jeunes de la grande île en sciences, La technologie, ingénierie et mathématiques. Jusque là, 3,5 millions de dollars ont été versés dans le fonds d'éducation, même si le permis de construire du projet était invalide.

    Cet argent n'est pas la solution pour améliorer la vie des jeunes hawaïens autochtones, dit Kanuha. La revitalisation de la langue et de la culture par le biais d'une éducation axée sur les Hawaï est ce qui est important, il a dit.

    "Cela ne veut pas dire que nous avons besoin de TMT pour survivre, " il a dit, se référant au télescope de trente mètres.

    Certains qui soutiennent le projet ont dit qu'ils ont peur de le faire publiquement.

    En ce lundi, 31 août photo d'archive 2015, le camp de base des manifestants du projet Thirty Meter Telescope occupe un site près du sommet du Mauna Kea sur la grande île d'Hawaï. Le conseil des terres d'Hawaï jeudi, 28 septembre 2017 a accordé un permis de construction pour un télescope géant sur une montagne que les autochtones hawaïens considèrent comme sacrée, un projet qui a divisé l'État. Le télescope de trente mètres de 1,4 milliard de dollars a opposé des gens qui disent que l'instrument offrira des opportunités éducatives et économiques à ceux qui disent qu'il profanera la plus haute montagne de l'État, appelé Mauna Kea. (AP Photo/Caleb Jones, Déposer)

    Un groupe de partisans autochtones du télescope hawaïen a formé un groupe appelé Perpetuating Unique Educational Opportunities. Certains membres avaient été contre le télescope dans le passé, a déclaré l'avocat du groupe, Lincoln Ashida.

    "Nous pensons qu'avec des opportunités accrues pour les enfants, qui se traduit par des familles plus fortes, qui à son tour profite à notre communauté, " a déclaré Ashida au conseil d'administration.

    Il a ajouté que le groupe souhaite que le télescope soit développé d'une manière sensible à la culture hawaïenne.

    Les responsables du télescope ont déclaré qu'ils prévoyaient de construire dans les îles Canaries en Espagne s'ils ne pouvaient pas construire à Hawaï. Le partenariat international à but non lucratif veut reprendre la construction l'année prochaine.

    Un groupe d'universités de Californie et du Canada constitue la société de télescopes, avec des partenaires chinois, Inde et Japon. Son miroir primaire mesurerait 30 mètres de diamètre et serait composé de 492 segments individuels. Par rapport au plus grand télescope à lumière visible existant au monde, il serait trois fois plus large, avec neuf fois plus de superficie.

    Mauna Kéa, un volcan endormi, a été le premier choix, les responsables du télescope ont dit, l'appelant le meilleur endroit au monde pour l'astronomie. Son sommet offre une vue dégagée du ciel 300 jours par an, avec peu de pollution atmosphérique et lumineuse.

    Le conseil d'administration du télescope a tenu des réunions publiques avant de sélectionner le Mauna Kea en 2009. Deux ans plus tard, les opposants ont demandé des audiences dites de contestation devant le conseil foncier, qui a approuvé le permis de construire.

    Les opposants ont alors porté plainte. En 2015, la Cour suprême de l'État a révoqué le permis, jugeant que le processus d'approbation du conseil était défectueux. Cela signifiait que le processus de demande devait être refait, nécessitant une nouvelle audience.

    Après 44 jours de témoignage, le juge à la retraite supervisant l'audience a recommandé l'octroi du permis, avec des conditions que les employés suivent une formation obligatoire sur les ressources culturelles et naturelles et que les opportunités d'emploi soient comblées localement "dans la mesure du possible".

    © 2017 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés.




    © Science http://fr.scienceaq.com