• Home
  • Chimie
  • Astronomie
  • Énergie
  • La nature
  • Biologie
  • Physique
  • Électronique
  •  science >> Science >  >> La nature
    Protéger les forêts tropicales a un avantage secondaire :ralentir le changement climatique
    De nombreuses forêts du Pérou, comme la Vallée Sacrée vue ici, font partie du réseau des parcs nationaux du pays, ainsi que les sites du patrimoine mondial de l'UNESCO. JTB Photo/UIG via Getty Images

    Alors qu'une petite minorité de scientifiques et d'autres sceptiques débattent encore de la "vérité" du réchauffement climatique, un consensus global demeure :grâce au changement climatique d'origine humaine, la planète se réchauffe à un rythme jamais vu depuis les 800 derniers, 000 ans, au moins.

    Et tandis que de nombreuses études et des livres entiers ont étudié les effets actuels et futurs de l'activité humaine et/ou d'un réchauffement de la planète, un nouveau rapport de l'Université d'Exeter en Grande-Bretagne et de l'Université du Queensland en Australie adopte une approche "le verre est à moitié plein" pour expliquer la situation, et d'argumenter sur la nécessité de sauver davantage de forêts tropicales.

    L'étude, publié dans le journal d'octobre 2017 des rapports scientifiques, a estimé la quantité de carbone ne pas entrer dans l'atmosphère en raison des efforts antérieurs déployés pour préserver de vastes étendues de forêts tropicales en Amérique du Sud, Afrique et Asie. C'est la première étude à examiner l'impact des forêts protégées sur la réduction des émissions de carbone.

    Les auteurs de l'étude se sont concentrés sur les années 2000 à 2012. Les zones qu'ils ont étudiées représentent 20 pour cent de la forêt tropicale du monde, fournir des habitats pour un large éventail d'espèces, ainsi que des terres pour des sites historiques comme les ruines incas du Machu Picchu au Pérou.

    Selon l'audit, les parcs nationaux protégés et les réserves naturelles – qui, selon l'étude, représentent jusqu'à 15 % de la surface terrestre totale de la Terre – ont réduit d'un tiers les émissions de carbone dans le monde. En d'autres termes, si rien n'avait été fait pour protéger ces terres, et les forêts étaient plutôt utilisées pour le carburant ou l'agriculture, le changement climatique s'accélérerait à un rythme beaucoup plus rapide.

    Pour rappeler la part du carbone dans le réchauffement climatique :un atome de carbone fusionné avec deux atomes d'oxygène se transforme en dioxyde de carbone, le gaz à effet de serre qui piège la chaleur et qui est l'une des principales causes du réchauffement de notre planète.

    Les auteurs de l'étude, Dr Dan Bebber de l'Université d'Exeter, et le Dr Nathalie Butt de l'Université du Queensland, estiment que les forêts tropicales protégées de l'étude ont empêché 407 millions de tonnes (369 millions de tonnes métriques) de carbone d'entrer dans l'atmosphère chaque année de 2000 à 2012. Cela se traduit par 1,5 milliard de tonnes (1,4 milliard de tonnes métriques) de dioxyde de carbone.

    Par comparaison, La Grande-Bretagne a émis environ 381 millions de tonnes (345 millions de tonnes métriques) de carbone en 2016 – et c'était sa plus faible année de production de carbone depuis le 19e siècle.

    « Les aires tropicales protégées sont souvent valorisées pour leur rôle dans la sauvegarde de la biodiversité, " Bebber a déclaré dans un communiqué de presse. " Notre étude met en évidence l'avantage supplémentaire de maintenir la couverture forestière pour réduire les émissions de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, contribuant ainsi à ralentir le rythme du changement climatique"

    Le message ultime des résultats de la recherche ? Sauvez plus de forêts. Et pas seulement parce qu'ils abritent un large éventail d'espèces.

    Maintenant c'est effrayant

    Comme la NASA le suit, les niveaux de dioxyde de carbone dans notre atmosphère sont plus élevés qu'ils ne l'ont jamais été au cours des trois derniers cycles glaciaires de la Terre - une période couvrant 400, 000 ans.

    © Science http://fr.scienceaq.com