• Home
  • Chimie
  • Astronomie
  • Énergie
  • La nature
  • Biologie
  • Physique
  • Électronique
  •  science >> Science >  >> Biologie
    10 plus anciennes maladies connues
    Les os peuvent en dire beaucoup aux scientifiques sur les maladies qui ont affecté les civilisations passées. Images de Ssuni/Getty

    Dans l'étude des maladies anciennes, rien ne parle comme les morts.

    "Les anomalies osseuses sont une source d'identification forte, " a déclaré le Dr Anne Grauer, anthropologue à Loyola University Chicago et président de la Paleopathology Association, lors d'un entretien personnel. Il est donc relativement facile de dater la tuberculose en raison des lésions qu'elle laisse sur les os. La pneumonie peut être plus ancienne que la tuberculose, mais le tissu pulmonaire ne résiste pas si bien après avoir été enterré.

    "Une autre source de datation des maladies sont les données génomiques, " a déclaré le Dr Charlotte Roberts, archéologue à l'Université de Durham et auteur du livre "The Archaeology of Disease". Les tests ADN d'échantillons de momies et de squelettes peuvent identifier de manière concluante la maladie. Et même sans l'évidence d'un corps, des gènes dans des échantillons existants de bactéries de la tuberculose et de la lèpre suggèrent une origine préhistorique.

    Mais l'astuce la plus difficile pour définir les plus anciennes maladies connues réside peut-être dans la façon dont vous définissez le mot « maladie ». Aux fins de cet article, nous n'explorerons que l'humain, infectieux, maladies virales ou bactériennes. Alors pas de carie dentaire, psoriasis, goutte, obésité, rachitisme, épilepsie, l'arthrite et d'autres difficultés humaines qui sont peut-être mieux classées comme « conditions ».

    Notamment absents de cette liste sont certains des plus grands tueurs de l'histoire, dont la grippe, la rougeole et la peste noire. En effet, ces maladies nécessitent un niveau de densité de population qui ne s'est développé que lorsque les humains ont commencé à vivre dans les villes. Grippe, la rougeole et la peste sont sociales. Le paludisme ne l'est pas.

    Nous avons répertorié 10 des plus anciennes maladies connues, répertoriés sans ordre particulier. Sur la page suivante, nous allons commencer avec une condition qui se développe dans des quartiers proches.

    Contenu
    1. Choléra
    2. Typhoïde
    3. Lèpre
    4. Variole
    5. Rage
    6. Paludisme
    7. Pneumonie
    8. Tuberculose
    9. Trachome
    10. Fièvre pourprée des montagnes Rocheuses

    10 :Choléra

    Le Gange supportait des densités de population suffisamment importantes pour que le choléra se propage rapidement. La rivière a également transporté des bactéries en aval pour en infecter de nombreuses autres. iStockphoto/Thinkstock

    Vers 400 avant notre ère, le médecin athénien Hippocrate a catalogué les maladies de son monde. Le choléra était sur la liste. Mais alors qu'Hippocrate fournit la première preuve du choléra au-delà de tout doute raisonnable, la maladie est probablement apparue le long du Gange alors qu'Athènes était encore un endroit très jeune.

    Le choléra vit dans de nombreuses sources d'eau du monde, mais c'est plus dangereux quand il a un environnement dans lequel il y a beaucoup de gens parmi lesquels il peut se propager. Le Gange se trouve être l'un des endroits les plus anciens de la densité de population humaine, et donc c'était long, il y a longtemps que les utilisateurs en amont se sont réunis en nombre nécessaire pour polluer l'eau pour ceux en aval. En d'autres termes, à mesure que de plus en plus de personnes sont infectées par le choléra, ils polluent l'approvisionnement en eau avec plus de bactéries, qui à son tour infecte plus de gens.

    De façon intéressante, le même problème aurait pu être un facteur majeur dans la perte de troupes lors de la marche d'Hannibal à travers les Alpes. Avec un 50, train de 000 soldats, les troupes et les animaux devant auraient rencontré des ruisseaux de montagne vierges, mais ceux à l'arrière auraient été obligés de faire face à de l'eau putride et potentiellement riche en choléra [source :Hunt].

    9 :typhoïde

    Sauter dans la rivière aurait semblé être un bon moyen pour une victime de la fièvre typhoïde de se calmer, bien que la maladie se propage facilement dans l'eau. iStockphoto/Thinkstock

    De 430 à 426 avant notre ère, une grande peste a balayé la cité-état d'Athènes. L'historien Thucydide décrit ainsi les symptômes :

    Les personnes en bonne santé sont subitement attaquées par de violentes chaleurs dans la tête et la gorge ou la langue, devenant sanglante et émettant une haleine contre nature et fétide. Quand il s'est fixé dans l'estomac, il l'a bouleversé; et des écoulements de bile de toute sorte nommés par les médecins s'ensuivirent, accompagné d'une très grande détresse. S'ils passent cette étape, et la maladie descendit plus loin dans les entrailles, y induisant une violente ulcération accompagnée de diarrhée sévère, cela entraîna une faiblesse qui fut généralement fatale.

    La maladie n'aurait pas pu arriver à un pire moment. La peste a contribué à la perte éventuelle d'Athènes contre Sparte lors de la guerre du Péloponnèse et à une longue interruption de la démocratie dans l'histoire du monde.

    Quelle était la cause de ce fléau ?

    8 :Lèpre

    Les enfants atteints de la lèpre étudiaient aux cases Quonset de la lèpre de Carville, La Louisiane a mis en quarantaine les patients atteints de la lèpre dans l'établissement jusqu'en 1957. U.S. Department of Health and Human Services/Centers for Disease Control and Prevention

    Le passage de la Bible Lévitique 13:2 lit, « Lorsqu'un homme aura dans la peau de sa chair un ressuscité, une croûte, ou point lumineux, et ce soit dans la peau de sa chair comme la plaie de la lèpre; puis il sera amené vers le sacrificateur Aaron, ou à l'un de ses fils les prêtres.

    Mais ce n'est pas la première mention concrète de la maladie. Cet honneur revient à l'égyptien "Ebers Papyrus, " écrit en 1550 avant notre ère, qui recommande, "Si vous examinez une grosse tumeur de Khonsou dans n'importe quelle partie d'un homme et qu'elle est terrible et qu'elle a fait de nombreux gonflements. Quelque chose y est apparu comme celui dans lequel il y a de l'air... un gonflement de Khonsou. Vous ne devriez rien faire contre cela » [source :Nunn].

    Alors que la typhoïde et le choléra sont assez simples dans leur propagation agressive par les sources d'eau, la lèpre repose sur une autre stratégie de dispersion - celle de la dormance. Les gens peuvent être porteurs de la bactérie qui cause la lèpre pendant 20 ans ou plus avant de présenter des symptômes, et pendant ce temps peut propager la maladie.

    Un défi historique dans le traitement de la lèpre était le diagnostic. Dans ses premiers stades d'expression, la lèpre ressemble beaucoup à la syphilis et un peu au psoriasis. Un diagnostic erroné a fait atterrir de nombreuses personnes atteintes de psoriasis dans des colonies de lépreux où beaucoup l'ont finalement fait, ironiquement, contracter et mourir de la lèpre en raison d'une exposition accrue.

    7 :La variole

    Edouard Jenner, commémoré ici sur une pièce de monnaie, ont découvert que l'inoculation de la variole aux personnes pouvait renforcer l'immunité contre la variole. Photos.com/Getty Images/Thinkstock

    Généralement, le but de la momification est de préserver les tissus mous. Donc, comme on peut s'y attendre, L'Egypte fournit un trésor d'informations sur l'antiquité, maladies des tissus mous.

    L'un des premiers chercheurs à avoir jeté un œil paléopathologique sur les momies égyptiennes était Sir Marc Armand Ruffer, qui dans son livre de 1921 "Studies of the Palaeopathology of Egypt" a décrit trois momies avec des "vésicules en forme de dôme" extrêmement similaires à celles attendues de la variole [source :Ruffer]. La plus ancienne de ces momies était datée de 1580 av. et la plus récente était la momie de Ramsès V, décédé en 1157 avant notre ère.

    Après sa propre inspection de la momie, Donald R. Hopkins, qui ont participé au programme d'éradication de la variole de l'Organisation mondiale de la santé, a écrit de Ramsès V, "L'inspection de la momie a révélé une éruption de 'pustules' élevées, chacun d'environ 2 à 4 millimètres de diamètre, qui était le plus distinct sur le bas du visage, cou, et les épaules, mais était également visible sur les bras." [source :Hopkins]

    Est-ce concluant ? Non, pas nécessairement, et à ce jour, il n'y a eu aucune analyse moderne de Ramsès V qui pourrait déterminer définitivement si son état était, En réalité, variole. Mais les preuves circonstancielles semblent solides.

    La variole est l'un des plus grands tueurs de l'histoire, responsable de 300 à 500 millions de morts au XXe siècle [source :Université Saint Louis].

    6 :Rage

    La roussette jamaïcaine peut être porteuse d'un virus de la rage qui peut être transmis à l'homme. Département américain de la Santé et des Services sociaux/Centers for Disease Control and Prevention

    La rage est ingénieuse :non seulement elle infecte un hôte, mais cela détourne également le cerveau de l'hôte d'une manière qui donne envie à l'hôte de mordre les choses. C'est ainsi que la rage obtient un ticket pour monter à cheval. Et il le fait depuis au moins 2300 avant notre ère, quand il a été décrit dans le Code Eshuma de Babylone [source :Rupprecht et al.].

    La première personne connue à avoir survécu à la rage sans vaccination est Jeanna Giese, un adolescent du Wisconsin qui a été mordu en 2004 par une chauve-souris enragée alors qu'il était à l'église. Le New York Times rapporte que Jeanna a mis un mois entre la morsure et le traitement, et a été admis à l'hôpital avec des symptômes de rage avérée [source :Rosenthal]. Les médecins de l'hôpital pour enfants du Wisconsin ont lancé un cocktail de médicaments antiviraux et provoquant le coma, bien que la famille de Giese attribue à la prière le fait qu'elle a sauvé la vie de la jeune fille.

    5:Paludisme

    Les moustiques anophèles sont un vecteur bien connu du paludisme, surtout en Amérique centrale. Département américain de la Santé et des Services sociaux/Centers for Disease Control and Prevention

    Les Romains offraient le premier remède contre le paludisme :une amulette portée autour du cou, inscrit avec la puissante incantation « abracadabra » [source :Shah]. Au cours des années, nous avons essayé divers autres remèdes :ajouter de l'huile aux flaques d'eau stagnante pour étouffer les larves de moustiques, utiliser des pesticides, vaccins et moustiquaires, et même en tirant parti de solutions de haute technologie telles qu'un laser qui tire des moustiques dans les airs. Mais la maladie continue d'infecter 300 millions de personnes chaque année, tuant 1 million d'entre eux [source :Shah].

    Le Wall Street Journal rapporte que le paludisme est responsable de la moitié de tous les décès humains depuis l'âge de pierre [source :Shah].

    Accordé, cette statistique étend l'origine de la maladie dans le temps au-delà de sa première mention définitive, qui était dans le chinois "Nei Ching " ("Le Canon de la Médecine"), vers l'an 2700 avant notre ère. [source :CDC].

    4:Pneumonie

    Streptococcus pneumoniae , comme on le voit sur une micrographie électronique à balayage. Dr Richard Facklam/États-Unis Département de la santé et des services sociaux/Centres de contrôle et de prévention des maladies

    Les gens respirent plus de 11, 000 litres (3, 000 gallons) d'air chaque jour [source :Nebraska Department of Environmental Quality]. Et donc, comme on peut s'y attendre, les poumons sont le foyer préféré des bactéries, virus, des champignons et même des parasites. Et quand quelque chose d'étranger colonise les poumons, le résultat le plus commun est fluide. Le terme générique que nous utilisons pour décrire le liquide dans les poumons est la pneumonie.

    Hippocrate a écrit que le liquide dans les poumons devrait être appelé pneumonie si, "la fièvre soit aiguë, et s'il y a des douleurs de chaque côté, ou dans les deux, et si l'expiration est si la toux est présente, et les crachats expectorés soient de couleur blonde ou livide" [source :Hippocrate]. Mais il l'appelle aussi distinctement une "maladie des anciens".

    Où exactement la pneumonie se situe-t-elle dans cette liste des plus anciennes maladies connues ? Parce que c'est une maladie des tissus mous, les archives archéologiques ne sont pas solides. Mais il est probable que diverses formes de pneumonie existent depuis aussi longtemps que nos poumons.

    3:Tuberculose

    Mycobacterium tuberculosis se transmet lorsque les personnes infectées toussent ou éternuent des bactéries tuberculeuses dans l'air où d'autres peuvent les respirer. Ronald W. Smithwick, Département américain de la Santé et des Services sociaux/Centers for Disease Control and Prevention

    En 2008, une équipe de scientifiques de l'University College London a fouillé l'ancienne ville submergée d'Alit-Yam, au large des côtes d'Israël. Là, ils ont trouvé les restes enterrés d'une mère et de son enfant. Les deux squelettes présentaient des lésions osseuses caractéristiques de la tuberculose [source :Lloyd]. Les tests ADN l'ont confirmé:la tuberculose est d'au moins 9, 000 ans.

    De façon intéressante, cette fouille a également apporté des preuves à un débat en cours sur la poule ou l'œuf pour savoir si nous avons contracté la tuberculose des vaches ou si elles l'ont contractée de nous. A Alit-Yam, les squelettes humains montraient des signes de tuberculose, alors que l'ADN de squelettes d'animaux ne l'a pas fait [source :Hershkovitz et al.]. Il semble donc que les vaches ne soient pas les tueuses que nous pensions autrefois.

    D'autres spéculations historiques se sont révélées tout aussi fausses :ni les fossiles ni les enregistrements ADN ne soutiennent la cause de la tuberculose en tant que festivités nocturnes avec les fées et le manque de repos qui en résulte, la maladie n'est pas non plus le résultat de sorcières qui transforment la victime en cheval et la conduisent ensuite à des réunions nocturnes, comme on le pensait autrefois [source :Briggs].

    Alors que la découverte d'Alit-Yam est le plus ancien cas confirmé de tuberculose, des lésions caractéristiques ont été trouvées sur des os trouvés en Turquie, daté d'environ 500, Il y a 000 ans [source :Lloyd].

    2 :Trachome

    Contrairement à des yeux sains comme celui-ci, les cils des patients atteints de trachome se tournent vers la cornée, aboutissant finalement à la cécité. Mediaimages/Photodisc/Thinkstock

    Le trachome est une infection chronique de la paupière supérieure qui entraîne éventuellement une constriction de la paupière et un retournement des cils vers la cornée. Heures supplémentaires, le frottement de la paupière rétrécie et surtout du cil rend le patient aveugle. C'est ce qui est arrivé à Aetius, Paulus Eginetus, Alexandre, Trailaus, Horace et Cicéron. Et le trachome est décrit dans Hippocrate et dans le papyrus égyptien Ebers [sources :Siniscal et Nunn].

    Mais les chercheurs plaident en faveur d'un trachome plus précoce trouvé dans un coin du monde peu associé aux maladies précoces :l'Australie. Squelettes aborigènes de 8000 av. montrent une lésion crânienne commune autour des yeux [source :Webb]. Les scientifiques ont déterminé que ces lésions étaient dues à une infection osseuse provenant d'une infection des tissus mous. Bien qu'il existe quelques maladies oculaires qui pourraient correspondre à ce projet de loi, les squelettes ont été trouvés dans la région australienne où le trachome est le plus répandu aujourd'hui.

    1:Fièvre pourprée des montagnes Rocheuses

    Les piqûres de tiques peuvent infecter les humains avec la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes

    Mitochondries sont de petits organites présents dans presque toutes les cellules du corps humain. Et ils remplissent une fonction essentielle à la vie humaine, convertir le glucose des aliments en énergie appelée adénosine triphosphate, ou ATP, quelles cellules peuvent utiliser.

    Mais les mitochondries portent leur propre matériel génétique - séparé de l'ADN humain - et ces gènes ressemblent beaucoup à ceux des bactéries. En d'autres termes, il est très probable que les mitochondries dont nous dépendons pour survivre soient le produit d'une infection ancienne [source :Andersson et al.].

    Quelle que soit l'infection, il est antérieur à la vie animale, encore moins les humains. Il ne sert donc à rien d'explorer les archives fossiles. Au lieu, les chercheurs ont comparé les gènes des mitochondries à ceux des bactéries existantes. La correspondance la plus proche était celle des bactéries de l'ordre Rickettsiales, dont beaucoup provoquent des maladies - dont la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses [sources :Eremeeva et Dasch, Andersson et al.].

    Mais rappelles-toi, nous parlons d'une maladie qui existait avant la vie animale. Donc, la maladie la plus ancienne n'est pas vraiment la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses elle-même, mais une proto-maladie sans nom avec une similitude génétique.

    Longue, il y a longtemps des bactéries ont envahi une cellule. Et à cause de cette infection, nous avons la vie telle que nous la connaissons.

    Lisez la page suivante pour plus d'articles infectieux.

    Beaucoup plus d'informations

    Articles Liés

    • Comment fonctionne la maladie de la vache folle
    • Et si la science médicale guérissait toutes les maladies ?
    • Existe-t-il un gène pour chaque maladie ?
    • Comment fonctionne votre système immunitaire
    • Comment la peste noire a fonctionné
    • Qui était Typhoïde Mary ?

    Sources

    • Al Arab, Gamal Ezz; Tawfik, Nagah ; El Gendy, Reda El ; Anwar, Wagida ; et Courtright, Paul. "Le fardeau du trachome dans le delta rural du Nil en Égypte :une enquête sur le gouvernorat de Menofiya." Journal britannique d'ophtalmologie. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1723800/
    • Bible amplifiée. "Lévitique 13:2." Bible.com. (20 sept. 2011) http://bibleresources.bible.com/passagesearchresults.php?passage1=Leviticus+13%3A2&version1=45
    • Andersson, G.E. ; Karlberg, Olof; Canback, Bjorn ; et la Kurlande, Charles G. Sur l'origine des mitochondries :une perspective génomique." Philosophical Transactions of the Royal Society. 29 janvier, 2003. (20 sept. 2011) http://rstb.royalsocietypublishing.org/content/358/1429/165
    • Aufderheide, Arthur C.; Rodriguez-Martin, Conrado; et Langsjoen, Odin. L'Encyclopédie de Cambridge de paléopathologie humaine. Cambridge, Royaume-Uni :Cambridge University Press. 1998. (20 sept. 2011) http://books.google.com/books?id=qubTdDk1H3IC
    • Briggs, Catherine Marie. "Une encyclopédie des fées :Hobgobelins, Brownies, Bogies, et autres créatures surnaturelles." New York:Pantheon Books. 1976.
    • Claeson, Mariam, et Waldmann, Ronald. "Choléra." Encyclopédie Britannica. (20 sept. 2011) http://www.britannica.com/EBchecked/topic/114078/cholera
    • Eremeeva, Marina E. et Dasch, Gregory A. " Rickettsial (fièvres tachetées et typhus) et infections connexes (anaplasmose et ehrlichiose)." Santé des voyageurs. Centres américains de contrôle et de prévention des maladies. 1er juillet, 2011. (21 sept. 2011) http://wwwnc.cdc.gov/travel/yellowbook/2012/chapter-3-infectious-diseases-related-to-travel/rickettsial-spotted-and-typhus-fevers-and-related-infections-anaplasmosis- et-ehrlichiose.htm
    • Garry, George. "Manuel de Bergey de bactériologie systématique." 2e éd. 2005. New York :Springer.
    • Grauer, Anne. Président de l'Association de Paléopathologie, Professeur à l'Université Loyola de Chicago. Entrevue téléphonique, 13 septembre 2010.
    • Hershkovitz, Israël; Donoghue, Hélène D.; Minnikine, David E.; Besra, Gurdyal S.; Lee, Oona Y-C; Gernaey, Angela M. ; Galilé, Ehoud ; Eshed, Vered; Greenblatt, Charles L.; Lemme, Eshetu; Bar-Gal, Gila Kahila; Spiegelman, Marque. "Détection et caractérisation moléculaire de Mycobacterium tuberculosis vieux de 9 000 ans dans un établissement néolithique de la Méditerranée orientale." PLoS One. 15 octobre 2008. (26 sept. 2011) http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0003426
    • Hippocrate. "Sur le régime dans les maladies aiguës." 400 av. (20 sept. 2011) http://classics.mit.edu/Hippocrates/acutedis.29.appendix11.html
    • Hopkins, Donald R. "Le plus grand tueur :la variole dans l'histoire, avec une nouvelle introduction." The University of Chicago Press. 2002. (20 sept. 2011) http://books.google.com/books?id=z2zMKsc1Sn0C
    • Chasser, Patrick. "Archéologie alpine et paléopathologie :l'armée d'Hannibal a-t-elle été également décimée par une épidémie lors de la traversée des Alpes ?" Archéologue. http://traumwerk.stanford.edu/archaeolog/2007/05/alpine_archaeology_and_paleopa.html
    • Lloyd, Robin. "Les os révèlent le plus vieux cas de tuberculose." LiveScience. 14 octobre 2008. (20 sept. 2011) http://www.livescience.com/history/081014-tb-skeleton.html
    • Département de la qualité de l'environnement du Nebraska. "Informations sur les polluants atmosphériques." octobre 2001. (20 sept. 2011) http://www.deq.state.ne.us/Publica.nsf/0/8a5e8d86d507721d06256b97005d88ba/$FILE/01-102.pdf
    • Nunn, Jean François. "Médecine égyptienne ancienne." Londres :British Museum. 1997. (21 sept. 2011) http://books.google.com/books?id=WHfEnVU6z8IC
    • Papagrigorakis, J. Manolis; Yapijakis, Christos; Synodinos, Philippos N.; et Baziotopoulou-Valavani, Effie. " L'examen de l'ADN de la pulpe dentaire ancienne incrimine la fièvre typhoïde comme cause probable de la peste d'Athènes." Journal international des maladies infectieuses. Vol. dix, Numéro 3. p. 206-214. mai 2006. (20 sept. 2011) http://www.ijidonline.com/article/S1201-9712%2805%2900178-5/fulltext
    • Quadeer, S.A. "Grattage dans le traitement du trachome". Journal britannique d'ophtalmologie. Vol. 37, N° 10. Octobre 1953. (20 sept. 2011) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1324215/
    • Roberts, Charlotte, Président élu de l'Association de paléopathologie, Professeur Université de Durham, ROYAUME-UNI. Entretien personnel, 12 septembre 2010.
    • Rosenthal, Élisabeth. "La fille est la première à survivre à la rage sans vaccin." Le New York Times. 25 novembre, 2004. (20 sept. 2011) http://www.nytimes.com/2004/11/25/national/25rabies.html
    • Ruffer, Marc Armand. "Etudes de la paléopathologie de l'Egypte." Chicago :La Presse de l'Université de Chicago. 1921. (30 sept. 2011) http://books.google.com/books?id=GyYwAAAAYAAJ
    • Rupprecht, Charles E.; Forgeron, Jeans.; Fekadu, Makonnen; Enfants, James E. "L'Ascension de la Rage Sauvage:Une Cause de Problème de Santé Publique ou d'Intervention?" Fédération des scientifiques américains. (20 sept. 2011) http://www.fas.org/ahead/docs/rabies.htm
    • Shah, Sonia. "Le bourdonnement tenace du paludisme." Le journal de Wall Street. 10 juillet 2010. (20 sept. 2011) http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704111704575354911834340450.html
    • Sinscal, Arthur A. "Trachome au Missouri." Archives d'ophtalmologie. Vol 42, n° 4. p. 422-437. octobre 1949.
    • Université. "Histoire de la lèpre." (20 sept. 2011) http://www.stanford.edu/group/parasites/ParaSites2005/Leprosy/history.htm
    • Thucydide. "L'histoire de la guerre du Péloponnèse." Traduit par Richard Crawley. (20 sept. 2011) http://www.utexas.edu/courses/classicalarch/readings/thucydides_plague.html
    • Centres américains de contrôle et de prévention des maladies. "L'histoire du paludisme, une ancienne maladie." 8 février, 2010. (20 sept. 2011) http://www.cdc.gov/malaria/about/history/
    • La Banque mondiale. "Trachome." (20 sept. 2011) http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/TOPICS/EXTHEALTHNUTRITIONANDPOPULATION/EXTPHAAG/0, , contentMDK:20799909~menuPK:2164083~pagePK:64229817~piPK:64229743~theSitePK:672263, 00.html
    • Webb, Stéphane. "Maladie oculaire préhistorique (trachome ?) chez les aborigènes australiens."
    • Journal américain d'anthropologie physique Vol. 81, N°1. p.91-100. janvier 1990.
    • Organisation mondiale de la santé. "Epidémies mondiales et impact du choléra." (20 sept. 2011) http://www.who.int/topics/cholera/impact/en/index.html
    • Organisation mondiale de la santé. "Variole." 2001. (20 sept. 2011) http://www.who.int/mediacentre/factsheets/smallpox/en/
    © Science http://fr.scienceaq.com