• Home
  • Chimie
  • Astronomie
  • Énergie
  • La nature
  • Biologie
  • Physique
  • Électronique
  • Un modèle empirique de consommation d'énergie quantifie l'empreinte carbone des Bitcoins

    Crédit :CC0 Domaine public

    Les chercheurs ont mené la première analyse de la consommation d'énergie de Bitcoin sur la base de données empiriques provenant des dépôts d'IPO et de la localisation des adresses IP. Ils ont découvert que les émissions de carbone de la crypto-monnaie étaient à la hauteur de celles de Kansas City ou d'un petit pays. L'étude, publié le 12 juin dans la revue Joule , suggère que les crypto-monnaies contribuent aux émissions mondiales de carbone, un problème qui doit être pris en compte dans les efforts d'atténuation du changement climatique.

    Bitcoin et autres crypto-monnaies reposent sur la technologie blockchain, qui permet un réseau sécurisé sans dépendre d'un tiers. Au lieu, Les « mineurs » Bitcoin garantissent un système sans fraude en validant les nouvelles transactions. Les mineurs résolvent des énigmes pour les signatures numériques, un processus qui nécessite d'énormes quantités de puissance de calcul. En retour, les mineurs reçoivent de la monnaie Bitcoin.

    "Ce processus entraîne une immense consommation d'énergie, ce qui se traduit par une empreinte carbone importante, " dit Christian Stoll, chercheur au Center for Energy Markets de l'Université technique de Munich, Allemagne, et le MIT Center for Energy and Environmental Policy Research.

    Les scientifiques craignent de plus en plus que l'exploitation minière de Bitcoin n'alimente un appétit pour la consommation d'énergie qui provient parfois de sources de carburant douteuses, telles que le charbon de Mongolie, en plus de l'hydroélectricité et d'autres ressources énergétiques à faible émission de carbone. Et les problèmes énergétiques de la crypto-monnaie semblent ne faire qu'empirer, avec la puissance de calcul requise pour résoudre un casse-tête Bitcoin qui a plus que quadruplé en 2018. Alors que les chercheurs sont de plus en plus poussés à quantifier la consommation d'énergie de Bitcoin afin de mieux comprendre sa contribution au changement climatique mondial, des études récentes ont eu du mal à générer des estimations précises.

    "Nous soutenons que notre travail va au-delà du travail antérieur, " dit Stoll. "Nous pouvons fournir des preuves empiriques là où la littérature actuelle est basée sur des hypothèses."

    Stoll et son équipe ont utilisé les documents d'introduction en bourse divulgués en 2018 par tous les principaux producteurs de matériel minier pour déterminer quelles machines les mineurs utilisent réellement et l'efficacité énergétique de ces machines. Ils ont également utilisé des adresses IP pour déterminer les scénarios d'émissions pour les sites miniers réels et comparer les émissions de carbone des sources d'énergie utilisées par les mineurs de Bitcoin dans différents endroits. Finalement, ils ont calculé l'empreinte carbone de Bitcoin sur la base de sa consommation électrique totale et des estimations de différents scénarios d'émissions. Ceux-ci incluent un scénario de limite inférieure, dans lequel tous les mineurs utilisent le matériel le plus efficace ; un scénario limite supérieure, dans lequel les mineurs se comportent de manière rationnelle en déconnectant leur matériel dès que les coûts dépassent les revenus ; et un meilleur scénario de supposition, ce qui tient compte de l'efficacité énergétique attendue du réseau et des pertes d'énergie supplémentaires réalistes dues au refroidissement et au matériel informatique.

    "Notre modèle reflète comment la puissance de calcul connectée et la difficulté des puzzles de recherche Bitcoin interagissent, et il fournit une grande précision de consommation d'énergie puisqu'il incorpore des pertes auxiliaires, " dit Stoll. " Cependant, la précision de nos résultats dépend fortement de l'exactitude des données d'entrée, tels que les dépôts d'IPO pour les caractéristiques du matériel. Les émissions de carbone dépendent fortement de l'intensité carbone supposée de la consommation d'énergie."

    En utilisant ce modèle, Stoll et son équipe ont estimé la consommation énergétique annuelle de Bitcoin à 45,8 térawattheures. Cela leur a permis de calculer une fourchette d'émissions de carbone annuelles entre 22,0 et 22,9 mégatonnes de CO2, soit l'équivalent du CO2 émis par Kansas City et de placer les émissions de Bitcoin entre la Jordanie et le Sri Lanka dans le classement des émissions (les 82e et 83e plus gros émetteurs). Cependant, les chercheurs estiment que l'estimation de la consommation d'énergie doublerait presque (amplifiant considérablement les estimations d'émissions) s'ils incluaient toutes les autres crypto-monnaies dans leurs conséquences.

    « Nous ne remettons pas en cause les gains d'efficacité que la technologie blockchain pourrait, dans certains cas, apporter, " dit Stoll. " Cependant, le débat actuel porte sur les bénéfices attendus, et il faut accorder plus d'attention aux coûts."


    © Science http://fr.scienceaq.com