• Home
  • Chimie
  • Astronomie
  • Énergie
  • La nature
  • Biologie
  • Physique
  • Électronique
  •  science >> Science >  >> Autres
    Pourquoi le projet de loi néo-zélandais sur le cannabis doit empêcher l'industrie d'influencer la politique

    Les sociétés d'alcool sont déjà propriétaires en partie de la production de cannabis à l'étranger, et ils ont les ressources nécessaires pour influencer l'élaboration des politiques. Crédit :www.shutterstock.com

    Plus tôt ce mois-ci, le gouvernement néo-zélandais a publié un projet de loi sur la façon dont le cannabis pourrait être acheté, cultivé et vendu. C'est un premier aperçu de ce sur quoi les Néo-Zélandais voteront lors du référendum sur le cannabis de l'année prochaine.

    Le ministre de la Justice Andrew Little a déclaré que l'objectif principal du projet de loi était de réduire l'utilisation globale et de protéger les jeunes contre l'accès.

    Le projet de loi propose un âge minimum d'achat et d'utilisation de 20 ans et des restrictions sur la commercialisation et la publicité des produits du cannabis. Il dit que les messages de minimisation des dommages doivent être inclus, consommation interdite dans les lieux publics et vente limitée aux magasins physiques spécialement agréés. La culture et la chaîne d'approvisionnement seraient autorisées et contrôlées par le gouvernement.

    Une orientation claire en matière de santé publique est à saluer mais une fois le cannabis légalisé, Je suggère que les chances d'une utilisation accrue sont élevées. Ce n'est pas nécessairement un argument contre la légalisation, mais nous avons besoin d'une réflexion beaucoup plus claire sur les paramètres du marché légal du cannabis que ce qui est évident dans le débat actuel.

    Un marché du cannabis en expansion

    Malgré les allégations de niveaux élevés d'utilisation en Nouvelle-Zélande, les meilleures données suggèrent que seulement 15 % des adultes ont consommé du cannabis en 2018/19, contre 80% de consommation d'alcool.

    Aux Etats-Unis, où les États ont légalisé le cannabis médicinal et plus récemment l'usage récréatif, il y a eu une augmentation des troubles liés à la consommation de cannabis chez les adultes, exposition prénatale et non intentionnelle pendant l'enfance, consommation chez les adultes et les visites aux urgences liées au cannabis et les accidents mortels de véhicules.

    Nous devons nous attendre à plus de dommages pour la santé du cannabis légal et, si la légalisation doit aller de l'avant, le gouvernement a raison de rédiger une loi qui nous protège, et particulièrement les plus vulnérables. Mais nous devrons peut-être aller au-delà de ce que le gouvernement prévoit actuellement.

    Le niveau de méfait de la consommation de cannabis dépend des quantités consommées, et il existe de nombreux facteurs qui stimulent l'utilisation. Il s'agit notamment des niveaux de désavantage, un sentiment de désespoir, antécédents familiaux ou crises personnelles et familiales, mais l'un des principaux moteurs de l'utilisation intensive est la manière dont les produits sont fournis et commercialisés. Ce projet de loi tente de s'attaquer à cela.

    Réglementation au-delà du niveau national

    Le référendum sur le cannabis offre à la fois une opportunité et un impératif de remettre en question la réponse politique proposée. Notre consommation est désormais fortement influencée par les grandes et puissantes sociétés transnationales, dont plusieurs produisent des produits alcoolisés et seront les producteurs du cannabis que nous fumons, vapoter, manger et boire.

    Les sociétés d'alcool sont déjà en partie propriétaires de la production de cannabis à l'étranger. Les ressources et l'influence que ces sociétés transnationales d'alcool exercent dans l'arène politique affaiblissent et empêchent l'adoption de bonnes lois dans le monde entier. Les transnationales de l'alcool (aidées par l'industrie de la publicité) ont réussi à lutter contre une réglementation significative pour contrôler leur commercialisation.

    Le projet de loi néo-zélandaise sur le cannabis propose des réglementations publicitaires similaires à celles de la législation sans fumée. Ces règlements, pertinentes lors de leur introduction en 1990, n'inclure aucune référence au marketing via les plateformes de médias sociaux, où se déroule actuellement la plupart des ventes d'alcool. Les mégadonnées sont utilisées pour cibler les gros buveurs potentiels et envoyer des messages au destinataire qu'ils ne reconnaissent peut-être même pas comme du marketing.

    Empêcher l'influence de l'industrie sur la politique

    Despite some voluntary restrictions on social media platforms, cannabis is being marketed with the help of influencers.

    Cannabis corporates will work to weaken restrictions on marketing. Already in New Zealand, in response to the current proposals, Paul Manning, the chief executive of New Zealand cannabis producer Helius commented:"You could argue the ban on advertising is a bit tough given alcohol corporations are still allowed to advertise…"

    We should expect a push from corporates around the world to bring cannabis regulation (in all its aspects) into line with very weak controls on alcohol. Countries around the world are looking at cannabis regulation and will learn from each other as the research on the impact of legalization mounts. But the global corporations are already active and have resources to influence the policy processes.

    Tobacco control has benefited greatly from an international and legally binding treaty, the Framework Convention on Tobacco Control. This specifically excludes corporate influence from the policy process. As a signatory to this treaty, New Zealand agreed to prevent tobacco industry influence on policy. There is no recognition of a similar intention in the draft cannabis bill (or in alcohol legislation).

    Alcohol is the only drug not subject to an international health treaty and this is urgently needed.

    The UN conventions on illicit drugs are not relevant when cannabis is legalized.

    It is time to complement national policy on both alcohol and cannabis with a global framework that prevents industry influence on policy. This would help reduce harm by recognizing the conflict of interest in maximizing profits from selling addictive and intoxicating products.

    Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l'article original.




    © Science http://fr.scienceaq.com